L'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue

< Les bulletinsTélécharger ce bulletin Mai-juin 2018

Développement social (pauvreté, logement)

Dossier sur l'habitation

— Valérie Shaffer

En 2016, l’Abitibi-Témiscamingue compte 64 575 ménages privés, soit 2 000 de plus qu’en 2011. Bien que les frais pour se loger soient à la hausse depuis plusieurs années, il coûte moins cher de se loger dans la région que dans l’ensemble du Québec. Présentation de quelques données relatives à l’habitation provenant du Recensement de 2016 de Statistique Canada.

 




D'entrée de jeu, il convient de préciser qu’un ménage privé fait référence à une personne ou à un groupe de personnes qui occupent le même logement et qui n’ont pas de domicile habituel ailleurs. De fait, le nombre de ménages privés est égal au nombre de logements privés occupés.

En 2016, sur l’ensemble des 64 575 ménages privés dans la région, 68 % sont propriétaires, 31 % sont locataires et moins de 1 % habitent des logements de bande. Le taux de propriété est plus élevé dans la région comparativement à l’ensemble de la province, où 61 % des ménages sont propriétaires.

Les deux tiers des ménages de la région comptent un soutien, c’est-à-dire une personne responsable de payer le loyer ou l’hypothèque et les frais qui s’y rattachent. L’autre tiers compte deux soutiens. Au Québec, la proportion est respectivement de 63 % et de 36 %, 1 % des ménages comptant trois soutiens ou plus.

Au fil des années, si le nombre de ménages augmente, leur taille diminue, une tendance observable ici et à l’échelle de la province. En 2016, on compte, en moyenne, 2,2 personnes par ménage et 2,3 au Québec. En 1991, la moyenne régionale était de 3,4 personnes et la moyenne provinciale de 3,3.

MÉNAGES LOCATAIRES

Dans la région, les ménages locataires déboursent, en moyenne, 639 $ par mois pour se loger en 2016. C’est dans les territoires de Rouyn-Noranda et de La Vallée-de-l’Or que les coûts sont les plus élevés, s’établissant à 662 $ et à 664 $ respectivement. La MRC d’Abitibi-Ouest est la moins dispendieuse avec des frais mensuels de 542 $. La région se positionne avantageusement par rapport à la province puisque les coûts moyens y sont de 775 $. Par rapport à 2011, il s’agit d’une hausse de 17 %, alors que les coûts d’habitation mensuels moyens se situaient à 547 $ en Abitibi-Témiscamingue.

Au total, 29 % des ménages locataires consacrent 30 % ou plus de leurs revenus pour se loger. Au Québec, la part est de 34 %. Lorsque la part se situe au-dessous du seuil de 30 %, le logement est généralement considéré comme abordable.

La part de ménages locataires dans un logement subventionné est sensiblement la même dans la région (9 %) que dans la province (10 %).

MÉNAGES PROPRIÉTAIRES

Les ménages propriétaires dépensent, en moyenne, 893 $ en frais mensuels de logement en 2016. Tout comme pour les locataires, il est plus dispendieux de se loger à Rouyn-Noranda et dans La Vallée-de-l’Or. Les coûts sont respectivement de 976 $ et de 973 $. Là encore, c’est dans la MRC d’Abitibi-Ouest que les frais sont les plus bas, à 727 $ par mois. Au Québec, les frais sont de 1 085 $. En 2011, les frais mensuels moyens pour se loger dans la région étaient de 721 $. Il s’agit d’une hausse de 24 %.

Toujours chez les ménages propriétaires, la valeur moyenne des logements se situe à 203 355 $. Au Québec, elle est de 290 484 $.

La part des ménages propriétaires d’ici qui dépensent plus de 30 % de leurs revenus pour se loger se situe à 9 %, une proportion nettement inférieure à celle des ménages locataires de la région. D’ailleurs, 43 % des propriétaires n’ont pas d’hypothèque. Dans l’ensemble de la province, 13 % des ménages dépensent 30 % ou plus de leurs revenus en logement et 38 % n’ont pas d’hypothèque.

 

L’ACHAT ET LA VENTE

Les prix de vente des résidences unifamiliales est à la hausse depuis plusieurs années. En 2007, le prix moyen en agence se situait à 108 309 $. Il a grimpé à 171 673 $ en 2012, pour s’établir à 191 447 $ en 20171.

On peut envisager que l’avantage demeurera pour les vendeurs puisque le nombre de propriétés résidentielles à vendre connait une importante diminution. Quand on compare les statistiques du marché immobilier du premier trimestre de 2018 à celles du premier trimestre de 2017, les trois agglomérations de la région connaissent une baisse du nombre de propriétés à vendre (unifamiliales, copropriétés et plex) en agence. À Amos, la variation est de -5 % (pour un total de 86 propriétés à vendre), à Rouyn-Noranda, elle est de -13 % (240 propriétés) et à Val-d’Or, elle est de -22 % (215 propriétés)2.

Sources :
1. Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) par le système Centris.
2. FCIQ par le système Centris, Baromètre du marché résidentiel pour le 1er trimestre 2018.


ÉTAT DU LOGEMENT

Un logement occupé sur trois a été construit en 1960 ou avant. Un peu plus d'un logement sur trois a été construit entre 1961 et 1980. Les autres l’ont été après 1980.

En moyenne, les logements de la région comptent 6,1 pièces. Le nombre moyen au Québec est de 5,8 pièces. Les logements de 1 à 4 pièces et ceux de 8 pièces et plus sont les plus nombreux. Par ailleurs, seulement 1,7 % des ménages privés déclarent avoir un logement de taille insuffisante pour répondre à leurs besoins.

Plus de 91 % des ménages, locataires ou propriétaires confondus, considèrent que leur logement ne nécessite qu’un entretien régulier ou des réparations mineures. Des réparations majeures sont requises dans 9 % des cas, soit pour 5 580 logements.

 

 

Indicateurs relatifs à l’habitation
> MRC de l’Abitibi-Témiscamingue, 2016

 

Abitibi

Abitibi-
Ouest

La Vallée-d
e-l’Or

Rouyn-
Noranda

Témisca-
mingue

Région

Nombre de ménages habités par un propriétaire

7 510

6 865

12 230

11 970

5 385

43 965

Nombre de ménages habités par un locataire

2 905

2 165

6 615

6 885

1 645

20 210

Logement de bande

115

0

195

0

100

405

 

 

 

 

 

 

 

Ménages propriétaires1

7 380

6 765

12 065

11 915

5 015

43 140

    % de ménages propriétaires avec hypothèque

55,0 %

52,1 %

59,8 %

61,6 %

51,5 %

57,3 %

    Frais de logement mensuels moyens pour les logements occupés par un

    ménage propriétaire (hypothèque, chauffage, électricité, taxes, etc.)

858 $

727 $

973 $

976 $

774 $

893 $

    % de ménages propriétaires consacrant 30 % ou plus de leur revenu à se

    loger

8,1 %

8,4 %

9,2 %

8,6 %

10,0 %

8,8 %

Valeur moyenne des logements

197 460 $

149 899 $

220 681 $

238 848 $

158 124 $

203 355 $

 

 

 

 

 

 

 

Ménages locataires1

2 890

2 160

6 555

6 885

1 610

20 095

    Frais de logement mensuels moyens pour les logements occupés par un

    ménage locataire (loyer, chauffage, électricité, etc.)

644 $

542 $

664 $

662 $

562 $

639 $

    % de ménages locataires consacrant 30 % ou plus de leur revenu à se loger

26,6 %

27,6 %

28,5 %

30,6 %

26,5 %

28,6 %

 

 

 

 

 

 

 

Nombre total de logements privés occupés

10 525

9 030

19 040

18 850

7 130

64 575

    Maison individuelle non attenante

7 205

6 815

10 400

10 025

5 240

39 675

    Appartement dans un immeuble de cinq étages ou plus

5

5

180

55

5

245

    Logement mobile

135

55

290

230

25

735

    Autre logement attenant

3 190

2 160

8 175

8 540

1 855

23 915

       Maison jumelée

295

175

750

1 110

340

2 670

       Maison en rangée

210

115

380

120

340

1 160

       Appartement ou plain-pied dans un duplex

680

545

2 025

1 665

525

5 440

       Appartement dans un immeuble de moins de cinq étages

1 960

1 300

4 915

5 490

630

14 295

       Autre maison individuelle attenante

50

25

105

145

25

355

1. Inclut les ménages avec revenu supérieur à zéro. Ainsi, le total des ménages propriétaires et locataires n’égale pas le total de logements privés occupés.
Source : Statistique Canada, Recensement de la population de 2016.



M'inscrire