L'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue

< Les articles

Développement social (pauvreté, logement)

Faire ses cartons

À quelques jours du 1er juillet, jetons un coup d’œil sur la conjoncture du marché locatif des trois agglomérations de l’Abitibi-Témiscamingue.




Le marché locatif en quête d’équilibre

Entre les mois d’octobre 2015 et 2016, le taux d’inoccupation des logements s’est considérablement amélioré au sein de l’agglomération de Val-d’Or, pour atteindre la marque de 3,1 % (1,8 % en octobre 2015). Elle rejoint l’agglomération de Rouyn-Noranda dont le taux est également de 3,1 %. Cette marque est généralement le signe d’un marché locatif en équilibre. Malgré un assouplissement des conditions de marché locatif pour Amos, cette agglomération se retrouve toujours en deçà de cette marque, avec un taux d’inoccupation de 2,6 %. Globalement, les taux d’inoccupation de l’automne 2016 illustrent une amélioration quant au nombre de logements disponibles, tout en restant muets quant à la qualité des appartements disponibles à la location.

Une rareté de l’offre pour les familles

Le marché locatif est généralement plus favorable pour les personnes vivant seules ou les couples sans enfant qui recherchent des logements de petite taille, soit des studios et des appartements composés d’une chambre à coucher. Cela dit, l’agglomération d’Amos va à contre-courant de cette tendance, là où le taux d’inoccupation pour ce type de logement est de 0 %!

À l’inverse, l’offre locative est plus limitée à mesure qu’augmente le nombre de chambres à coucher, ce qui complique la recherche d’un nouveau toit par les familles. Ainsi, les appartements avec deux chambres à coucher ont des taux d’inoccupation sous la barre du 3 % partout. C’est particulièrement le cas de l’agglomération d’Amos, où le taux d’inoccupation pour ce type de logement est particulièrement bas (1,8 %). Quant aux ménages des agglomérations de Val-d’Or et de Rouyn-Noranda, ils semblent particulièrement touchés par une faible disponibilité de logements composés de 3 chambres à coucher et plus.

Taux d’inoccupation des appartements selon le nombre de chambres à coucher
agglomérations de l’Abitibi-Témiscamingue, octobre 2016

 

Studio

1 chambre

2 chambres

3 chambres +

Tous les logements

Amos

0,0 %

**

1,8 %

5,5 %

2,6 %

Rouyn-Noranda

6,6 %

4,1 %

2,6 %

1,5 %

3,1 %

Val-d’Or

8,2 %

4,1 %

2,1 %

2,0 %

3,1 %

Source : SCHL, Rapport sur le marché locatif, automne 2016, 2016.

Un coût pour se loger à la hausse

Les appartements de deux chambres se louaient, en moyenne, 597 $ à Amos, 617 $ à Rouyn-Noranda et 621 $, à Val-d’Or, ce qui est légèrement supérieur au prix moyen des loyers des agglomérations de taille similaire (10 000 à 49 999 habitants), estimé à 591 $. Il est cependant toujours vrai que le coût moyen pour se loger est nettement moins élevé ici que dans l’ensemble des centres urbains de la province (751 $). Enfin, l’augmentation du coût pour un appartement de 2 chambres se chiffrait à 2,2 % pour Amos, 2,3 % pour Rouyn-Noranda et 3,0 % pour Val-d’Or, alors que la croissance se fixait à 3,1 % au Québec.

 



M'inscrire